Aéroport de Toulouse-Blagnac : Jean-Luc Moudenc loin de l’intérêt général

C.C. Mirza Junaid

C.C. Mirza Junaid

Lors du Conseil municipal du 27 juin 2016 j’ai porté, au nom des groupes socialiste, PCF, PRG et EELV, un vœu demandant à Jean-Luc Moudenc de voter contre la distribution de dividendes exceptionnels pour les nouveaux actionnaires de l’aéroport de Toulouse-Blagnac.

Non seulement le Maire de Toulouse a refusé de le voter, mais il a proposé un amendement conditionnant le versement des dividendes au changement des statuts, inscrivant la mise en place d’une minorité de blocage, et au fait que le plan d’investissement de l’aéroport soit engagé.

Le 25 mai dernier pourtant, il s’était associé à la Présidente de la Région Occitanie, Carole Delga, au Président du Conseil Départemental de la Haute Garonne, Georges Méric, et au Président de la CCIT, Alain di Crescenzo pour demander à Anne Marie Idrac, Présidente du conseil de surveillance de la SATB, de s’opposer à cette décision.

Or, cette volte-face se base sur une argutie : Casil Europe avait déjà pris l’engagement d’une gouvernance requérant la majorité des deux tiers pour toutes les décisions stratégiques…

Le Maire de Toulouse a donc refusé de le voter, préférant céder aux intérêts privés face à l’intérêt général, fragilisant la stratégie territoriale et diminuant lesinvestissements nécessaires à sa compétitivité à l’amélioration des services aux usagers.

Nous l’avons réaffirmé : l’aéroport de Toulouse-Blagnac est un des plus rentables de France, il est à la fois un outil stratégique en termes de développement économique, de services publics et de développement territorial à la fois pour l’agglomération et la Région.

La décision de Jean-Luc Moudenc met donc un coup de canif au bloc territorial… et c’est bien la question du pilotage de la stratégie de l’avenir de l’aéroport qui est en jeu.

Isabelle Hardy

NB : la réunion des actionnaires de l’aéroport prévue ce mardi 28 juin après-midi a finalement été reportée à la demandes des actionnaires chinois. Aucune nouvelle date n’a été fixée mais nous continuerons à veiller au bon usage des deniers publics. Et cela laisse encore à Jean-Luc Moudenc la possibilité de sortir de son ambiguïté…

Voici le texte du vœu que nous avions proposé :

« Nous nous sommes toujours opposés à la décision de l’Etat de céder 49,9% du capital de l’aéroport de Toulouse-Blagnac. En effet, cet aéroport est un outil stratégique pour notre territoire, que ce soit en matière de rayonnement, d’attractivité, de développement économique avec Airbus, ou d’emploi.

C’est la raison pour laquelle il nous a toujours apparu essentiel qu’il reste contrôlé par la puissance publique. Sa bonne gouvernance, sa gestion saine et rigoureuse, lui permettent en outre de se situer parmi les aéroports français les plus rentables.

Le 17 avril 2015, l’Etat a finalement décidé de céder à la société Casil Europe, contrôlée par des investisseurs chinois, 49,9% du capital de la Société de l’Aéroport de Toulouse Blagnac (SATB).

Le 1er juin dernier s’est tenue l’assemblée générale de la SATB. Elle devait se prononcer sur la proposition de son actionnaire principal, Casil Europe, d’une redistribution exceptionnelle, à hauteur de 17,5 millions d’euros, d’une partie des réserves financières constituées au fil du temps et représentant au total 67 millions d’euros.

Une partie de ce que des années de gouvernance publique ont su bâtir et consolider serait ainsi redistribuée aux actionnaires, moins d’un an après le rachat de 49,9% des parts de l’aéroport par le groupe chinois. Cette décision amputerait ainsi une réserve qui garantit pourtant à l’aéroport son indépendance. Elle porterait préjudice à sa capacité d’investissement, sa recherche d’amélioration des services, tant pour les usagers que pour les personnels.

Nous saluons la position de l’ensemble des collectivités locales et des services publics associés, qui se sont opposés à ce que ces réserves soient utilisées à d’autre fin que des investissements stratégiques pour l’aéroport.

La proposition du groupe Casil Europe a finalement été retirée de l’ordre du jour mais elle sera de nouveau soumise au vote des actionnaires lors d’une assemblée générale extraordinaire le mardi 28 juin.

A cette occasion, nous demandons aux élus municipaux, majoritaires au sein de Toulouse Métropole, de continuer à s’opposer fermement à cette distribution injustifiée de dividendes et à voter contre la proposition de Casil Europe lors de l’assemblée générale de la société Aéroport Toulouse Blagnac ».

 

Publicités

Une réflexion sur “Aéroport de Toulouse-Blagnac : Jean-Luc Moudenc loin de l’intérêt général

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s