Mon discours lors de la réunion publique à Balma avec Carole Delga

Voici le discours que j’ai prononcé le 22 mai dernier à Balma lors de la réunion publique au cours de laquelle j’ai pu compter sur le soutien de la présidente de la Région Occitanie Pyrénées/Méditerranée Carole Delga.

Bonne lecture.

IH

« Bonsoir à toutes et à tous, merci pour votre présence…

Merci Daniel pour avoir accepté d’être mon suppléant et par là même de t’engager à mes côtés pour défendre l’équilibre des territoires, les ressources territoriales et faire en sorte que le développement économique et la solidarité soient empreints d’égalité.

Merci à Laurent Méric qui a été candidat sur cette circonscription avec Stéphanie Calas en 2012, merci aux habitants de Balma et à Frédéric Metche qui anime la section de Balma.

Je salue Alain Fillola, Christine Stebenet, conseillère départementale, et je dois excuser Pierre Cohen, retenu par d’autres engagements.

Faire une réunion publique ici était une évidence : 

Balma, la ville la plus importante de la circonscription après Toulouse, a été très longtemps à gauche avec Alain Fillola qui l’a marquée de son empreinte.

Merci Carole, pour ta présence et ton soutien : Carole depuis un an a su relever beaucoup de défis, liés à la fusion des régions, mais aussi à une politique volontariste et des vraies valeurs de gauche. Une politique volontariste en termes de développement économique, d’emploi, d’énergies renouvelables…

Je veux te dire à quel point ta présence ce soir, à mes côtés, est importante, car tu incarnes le renouvellement politique que nos concitoyens appellent de leurs vœux.

Renouvellement tout d’abord des pratiques, en laissant une large part à la concertation des citoyens et des acteurs économiques et sociaux. Du choix du nom de la Région aux états généraux du rail en passant par la création de l’assemblée des territoires, tu as le souci constant de co-construire les politiques régionales. Car comme tu le dis souvent, si seul on va plus vite, ensemble on va plus loin.

Mais on peut, et même on doit, aller à la fois vite et loin lorsqu’il s’agit de répondre à l’urgence de la situation de l’emploi dans notre Pays et dans notre Région. Et c’est ce que tu as fait, en lançant par exemple un plan Marshall de 800 M€ pour relancer le secteur du BTP ou en décidant d’augmenter dès cette année de 20% le budget régional consacré aux aides aux entreprises. Ton engagement pour notre Région est aussi celui de l’environnement et de la transition énergétique, synthétisé dans un objectif, devenir la première Région d’Europe à énergie positive à l’horizon 2050.

Remettre le citoyen au coeur de la démocratie, combattre le chômage, défendre une transition écologiste volontariste sont autant de priorités, Chère Carole, que je porte dans cette campagne. Je sais pouvoir compter, si je suis élue, sur ton soutien et ton engagement pour faire battre le coeur de cette circonscription, dont Verfeil est presque d’ailleurs le coeur de la Région Occitanie.

Enfin dans un contexte compliqué, où par ta victoire tu as empêché de faire basculer la Région vers l’obscurantisme, tu es pourtant confrontée à un Front National agressif et insolent.

Mais tu as su mener une liste de gauche plurielle qui fait aujourd’hui que tu es à la tête d’un des rares régions où la gauche est majoritaire.

Je souhaite saluer ton engagement dès le début de la campagne présidentielle derrière Benoît Hamon et aujourd’hui auprès des députés face à un challenge difficile.

Le contexte national est inédit, avec un nouveau président qui n’est ni de droite ni de gauche, mais qui penche sérieusement sur la droite…

Un 1er ministre qui, lui, se revendique clairement de droite, ami de Jean-Luc Moudenc qui, à l’Assemblée nationale, a voté contre la loi « transparence de la vie publique », contre la création du parquet financier, contre la loi sur le non cumul des mandats, la lutte contre la fraude fiscale et la délinquance économique. Il a aussi voté contre la loi renseignement, contre la loi sur l’écologie, contre la loi sur la refondation de l’école pour la création de 60 000 postes d’enseignants … Et il n’a pas voté la loi pour le mariage pour tous.

Les postes-clés encore à droite, avec Bruno Le Maire et Gérald Darmanin à Bercy.

D’autres qui ont perdu leur âme et le cas Nicolas Hulot dont on se demande comment il va pouvoir concilier ses convictions (Notre Dame des Landes, sortie du nucléaire) et les orientions du nouveau Président.

Mon positionnement à moi est clair : ce sera une vigilance constructive, mais déterminée ! Je souhaite la réussite de la France durant ce quinquennat mais cela ne peut pas passer par une politique de droite. Les Françaises et les Français ont besoin de justice sociale, de dialogue et de cohésion. Elire des députés socialistes est le seul moyen de répondre au besoin de gauche nécessaire à la réussite de la France.

Que se passe-t-il à l’échelle de la circonscription ?

Mis à part un FN un peu plus faible qu’au niveau national, on retrouve les mêmes tendances, avec l’émergence d’Emmanuel Macron et de Jean-Luc Mélenchon au premier tour de  la présidentielle. Concernant Emmanuel Macron, on peut se demander s’il s’agit d’un vote d’adhésion ou plutôt d’un vote anti Fillon/Le Pen. Concernant Jean-Luc Mélenchon, des fissures sont apparues au soir du premier tour des présidentielles, avec l’ambiguité de ses propos sur le vote anti Front National, la division avec le PC et son parachutage à Marseille…

Pour les législatives, nous sommes 15 candidats, dont deux candidates de droite à l’image du gouvernement : la députée sortante, présidente des Républicains 31 et seule députée de droite de la Haute-Garonne et la candidate de Macron qui assume son positionnement à droite, qui était d’ailleurs présente au meeting de Sarkozy.

Même le  maire de Toulouse y perd sa boussole, puisqu’il soutient les Républicains et offre une main tendue à Emmanuel Macron, ce qui prouve la confusion.

Dans ce contexte, je l’ai évoqué, notre objectif est d’aller chercher les citoyens qui souhaitent un gouvernement de gauche, et aller convaincre ceux qui doutent, pour avoir une majorité à l’Assemblée nationale.

Et pour convaincre il faut redonner de la clarté, il faut avoir un projet qui a de la cohérence sur les plans économique, social, écologique, démocratique.

C’est ce que je propose autour d’axes prioritaires (que je ne déclinerai pas tous ce soir)

  • La transition écologique tout d’abord, parce que l’on ne peut plus consommer et produire comme hier.

Face au dérèglement climatique et à la raréfaction des ressources, il est urgent de protéger nos concitoyens des pollutions de l’air, de l’eau et des sols. Il est nécessaire de lutter contre le gaspillage, de préserver la biodiversité, de développer les circuits courts pour consommer local. Mais il faudra aussi accélérer la transition énergétique, en donnant un véritable essor aux énergies renouvelables.

Dans tous les domaines, nous devons inventer de nouveaux modèles de développement, plus respectueux de la planète, plus équitables, plus solidaires.

La transition écologique peut alors devenir une formidable opportunité pour construire une société plus innovante et plus juste.

Parmi les mesures indispensables, je citerai l’interdiction des pesticides et perturbateurs endocriniens,  la mise en œuvre des engagements de la Cop 21,  la mise en place d’un plan pour atteindre 50 % d’énergies renouvelables en 2015

Au niveau local, je soutiendrai l’agriculture de proximité et bio, les circuits courts, j’aiderai les habitants à relever le défi climatique notamment pour l’isolation des logements

  • L’emploi et lutte contre le chômage seront mes priorités.

L’entreprise, moteur du développement économique, créatrice d’emplois, est un levier important pour transformer notre société. Les PME et les TPE font vivre notre circonscription.

L’entreprise doit être encore plus durable, plus ouverte aux innovations, tout en restant attentive aux droits sociaux des salariés, à l’amélioration des conditions de travail, à l’équité entre les salaires. Elle doit être un acteur central de ce futur désirable auquel nous aspirons. C’est pourquoi il n’est pas question d’accepter le recul des acquis sociaux ou la facilitation des licenciements.

Demain, l’économie et le travail seront profondément bouleversés par les mutations de notre société : développement du numérique, transition écologique, vieillissement de la population… De nouvelles filières vont apparaître, qu’il importe de soutenir pour créer des emplois.

Je m’engage à :

– déclarer la souffrance au travail grande cause nationale avec les partenaires sociaux et les acteurs de la santé ; assurer l’égalité salariale effective entre les femmes et les hommes dans les entreprises ;

– dire oui à la suppression du RSI, non aux mesures de simplifications du droit du travail qui précarisent les salariés avec notamment la fin des accords de branche au profit des accords d’entreprise. Oui à la réservation de 50% des marchés pour les TPE et PME

Au niveau local, je favoriserai l’accès au réseau très haut débit et à la téléphonie mobile sur l’ensemble du territoire. J’ccompagnerai l’économie sociale et solidaire et les économies émergentes (liées à la transition énergétique, au vieillissement). Je Soutiendrai le développement de l’artisanat et du commerce de proximité.

Je défendrai les services publics, parce que « le service public est le patrimoine de ceux qui n’en ont pas »

Les citoyens nous demandent une République qui tienne ses promesses.

Ils veulent la liberté, l’égalité, la fraternité, mais tout cela, ils le veulent en actes : les meilleures conditions d’éducation et d’épanouissement pour leurs enfants, un service de santé irréprochable et accessible à tous, une justice indépendante et impartiale, une sécurité renforcée, une meilleure prise en charge des plus démunis…

Les services publics ne sont donc pas, comme on voudrait nous le faire croire, une vieille idée du passé. Nous devons les respecter, les renforcer, les moderniser, leur donner les moyens d’assurer pleinement leurs missions et d’anticiper l’avenir.

Il faudra décréter l’urgence contre les déserts médicaux, en aidant les médecins qui s’installent dans les zones sous-dotées

Il faudra lutter contre la fermeture des services publics, comme la Poste, dans les quartiers ou les communes rurales (Firmis)

Il faudra maintenir le nombre de fonctionnaires, notamment dans les collectivités territoriales. Ils assurent en effet un rôle irremplaçable auprès de nos enfants, pour la propreté, la tranquillité, les transports, la culture…

On nous annonce la suppression de 120 000 fonctionnaires dont 70 000 dans les collectivités territoriales et la réduction de 10 milliards sur le budget des collectivités en 5 ans. Ce n’est pas admissible ! Nous devons maintenir les dotations aux collectivités territoriales afin qu’elles investissent et garantissent des services de proximité.

Nous devons recruter de nouveaux enseignants, notamment des professeurs remplaçants et pour l’enseignement professionnel.

Nous devons aussi mener une politique audacieuse en matière de logements, en particulier pour les étudiants et les seniors.

  • Enfin, il est un sujet qui me tient particulièrement à cœur, c’est celui de la démocratie.

La démocratie est à bout de souffle.

Les citoyens n’acceptent plus l’entre-soi, les compromis et les compromissions. Ils se sentent exclus des préoccupations de leurs dirigeants et aspirent à un renouvellement de la classe politique, mais surtout des pratiques.

C’est pourquoi il est urgent de remettre les citoyens au cœur de la décision politique, pour plus d’éthique, de transparence et d’exemplarité. Pour faire vivre et respirer la démocratie, chacun doit pouvoir participer aux décisions qui engagent l’avenir de tous.

C’est pourquoi je suis contre le cumul des mandats et des fonctions et que j’estime que les parlementaires et les responsables d’exécutifs locaux ne doivent pas assurer plus de trois mandats successifs

Je suis aussi pour la reconnaissance du vote blanc et l’extension du droit de vote aux étrangers non communautaires lors des élections locales, qui existe déjà pour les ressortissants européens

Je m’engage à faire des comptes-rendus de mandat régulier, à associer en amont les habitants à la réflexion et à la co-construction de propositions de lois. J’organiserai des cafés citoyens, des rencontres thématiques et je mettrai en place une  plateforme collaborative sur internet.

En dehors de ces thèmes, bien-sûr je n’oublie pas :

  • L’éducation. En tant que candidate et mère, je suis persuadée que ce n’est pas en privatisant l’Education nationale que l’on répondra à la nécessité d’accès de tous au savoir.
  • La culture, parce que l’on connait son importance dans le vivre ensemble, le lien social. C’est aussi vrai dans les villes que dans les petites communes, n’est-ce pas Daniel ? Nous avons la chance d’avoir de nombreux acteurs et associations très vivantes et dynamiques sur la circonscription, avec bien sûr des acteurs emblématiques comme la Grainerie, la Cité de l’espace, le Museum ou le Quai des savoirs.
  • La sécurité, dont je connais l’importance de par mon mandat d’élue de Toulouse.
  • Et bien sûr le numérique, qui résonne particulièrement de par mon activité professionnelle. Je suis persuadée que l’enjeu majeur des prochaines années réside dans notre capacité à accompagner l’impact du numérique dans toutes les facettes de notre société.

Vous l’aurez compris, mon engagement dans cette circonscription et mes convictions se sont construits sur ma vie familiale, professionnelle et mon mandat d’élue.

Cette circonscription j’y suis née, j’y ai vécu, j’y travaille. Je me suis engagée pour la chose publique en étant élue adjointe au maire de Toulouse de 2008 à 2014.

Cet engagement, je veux le poursuivre aujourd’hui en étant une  députée de terrain. Je veux faire de mon mandat un champ d’expérimentation de la démocratie et de renouvellement des pratiques politiques.

Je serai une députée vigilante par mon engagement, mon implication et ma détermination à faire des lois de progrès et à combattre celles qui créeront de la récession et de l’austérité.

Je serai une députée citoyenne, ouverte au dialogue et à la concertation pour faire vivre la démocratie.

Celles et ceux qui me connaissent savent que je vais toujours au bout de mes engagements.

Aujourd’hui 48 % des électeurs sont indécis.

Cette campagne se joue sur notre capacité à convaincre les électeurs, un par un.

Ayez toujours le même optimisme qu’EPICTETE « C’est du bonheur, si tu veux, que le corbeau t’annonce ! »

Alors, la victoire peut être à portée de main, vous pouvez compter sur moi, mais j’ai besoin de vous !

Isabelle Hardy

Publicités

Une réflexion sur “Mon discours lors de la réunion publique à Balma avec Carole Delga

  1. Bonsoir,

    Je suis électrice dans votre circonscription. L’annonce de ce jour de voir l’état d’urgence se pérenniser me glace le sang. Les terroristes auront gagné la guerre si nous laissons de côtéles droits humains comme le prône Theresa May. Quelle est votre position à ce sujet ?

    Pour moi, c’est tout aussi fondamental que le maintien et le développement des services publics, la lutte contre l’évasion fiscale des plus fortunés, la bataille contre la corruption, la protection des équilibres écologiques voire leur rétablissement, le respect des droits fondamentaux des migrants, la lutte contre les discriminations et en particulier les discriminations raciales, qui sont la garantie contre un basculement vers l’extrême droite de notre beau pays.

    Je vous serais reconnaissante de bien vouloir préciser vos engagements sur ces points.

    Cordialement,

    Flor Tercero

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s